Avant-propos de Laurence Engel, Présidente de la BnF

Le contrat de performance de la BnF, signé en mai 2014 avec le ministère de la Culture et de la communication, met l’accent sur les valeurs de confiance, de partage et d’innovation qui guident la Bibliothèque dans l’exercice de ses missions. Les actions menées en 2015 s’inscrivent dans ce cadre.

Des engagements stratégiques décisifs ont ainsi abouti, qu’il s’agisse de l’actualisation de la charte documentaire, de l’élaboration d’un document stratégique de développement des publics, de l’actualisation du projet scientifique et culturel du site Richelieu ou encore de l’adoption d’un plan d’actions donnant suite aux conclusions de l’audit en responsabilité sociale conduit en 2014.

Plus largement, 2015 a été marquée par l’engagement d’un processus de modernisation de l’offre de services, sur place – en particulier grâce à la poursuite de l’important chantier de rénovation de Richelieu –, et en ligne – avec l’enrichissement constant de la bibliothèque numérique Gallica qui comptait fin 2015 près de 3,5 millions de documents –, mais aussi grâce à la poursuite d’axes stratégiques de développement, tels que la coopération nationale sur l’ensemble du territoire, l’accès aux archives du web dans les bibliothèques de dépôt légal imprimeur en régions, l’amplification des formes de médiation scientifique, pédagogique et culturelle. C’est la volonté résolue d’ouverture de la Bibliothèque à un public toujours plus large, au service de l’accès au savoir et à la culture, qui se lit dans cette action.

Enfin, l’année 2015 apparaît exceptionnelle sur le plan des acquisitions patrimoniales majeures, avec notamment cinq acquisitions de Trésors nationaux soutenues par des mécènes et la réussite de la souscription publique pour l’acquisition du Bréviaire royal de Saint-Louis de Poissy, qui a réuni près de 3 400 donateurs.

Je veux saluer à cette occasion le bilan de Bruno Racine qui a présidé le BnF de 2007 à 2016 : une décennie riche d’entreprises et de projets, marquée par la poursuite d’une politique active de numérisation et par des entrées patrimoniales de tout premier plan.

Je veux aussi saluer l’ensemble de ces réalisations qui n’aurait pu être mené à bien sans les personnels, la mobilisation et l’engagement au quotidien des quelque 2 400 agents de l’établissement.

Les efforts consentis portent d’ailleurs leurs fruits, puisque 2015 se caractérise par un retour à une dynamique positive de fréquentation : plus de 1,2 million de visiteurs a fréquenté un des sites de la Bibliothèque nationale de France et son site internet a enregistré près de 32 millions de visites, la moitié concernant la bibliothèque numérique Gallica. La fréquentation des expositions enregistre elle aussi une progression en 2015, avec près de 125 000 visiteurs et celle des expositions en ligne atteint près de 4,5 millions de visites. Excellence des outils d’accès aux collections et des services proposés : c’est cette voie fructueuse d’une réflexion pointue sur la place de la BnF dans le paysage patrimonial et culturel français, qui, sans nul doute, lui permet de jouer pleinement son rôle ; c’est dans cette direction que je souhaite poursuivre le travail engagé.