La stratégie immobilière de l’établissement

La BnF a élaboré en 2010 un Schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI). À l’horizon 2020, il s’agit de valoriser et de renforcer l’identité des sites, en rationalisant leurs coûts de fonctionnement et en élaborant une programmation pluriannuelle des crédits nécessaires à leur entretien, gros entretien et à leur rénovation. Ce schéma directeur s’articule avec une gestion dynamique des espaces et des collections (optimisation des espaces de stockage) et une politique de développement durable pour l’exploitation des bâtiments.

Légende ci-après
Foyer du grand auditorium, site François-Mitterrand
© Laurent Julliand / Contextes / BnF

Arrivé à échéance à la fin de l’année 2015, le SPSI a fait l'objet d'une actualisation durant l'année 2016. Toutefois, à la fin de l'année 2016 une nouvelle circulaire modifiant les contenus normalisés du SPSI, puis au cours de l'année 2017 de nouveaux outils informatiques servant de référentiel partagé pour l'élaboration du SPSI, ont reporté les dates de production des SPSI par les opérateurs.

Les perspectives de saturation des espaces de stockage

Un état des lieux de l’occupation des capacités de stockage des collections sur les sites François-Mitterrand et Bussy-Saint-Georges et de leurs perspectives d’évolution avait été confié, en 2013, à un bureau d’étude spécialisé. Cette étude pointait des risques de saturation des magasins dès le courant de l’année 2015 pour Bussy-Saint-Georges et à l’horizon 2017 pour François-Mitterrand : l’accroissement annuel des collections (dépôt légal, acquisitions, autres modes d’entrée) se trouve en effet amplifié conjoncturellement par les mouvements de collections induits par la rénovation en cours du site Richelieu.

Sur la base de cet état des lieux, la Bibliothèque a défini un plan d’actions à court, moyen et long terme, qui vise à repousser à l’horizon 2023 la mise à disposition d’un nouvel espace de stockage de grande capacité. Différentes mesures ont ainsi été programmées et mises en œuvre :

  • densifier les magasins : augmentation de la capacité de stockage de 4 km linéaires des magasins de François-Mitterrand par le remplacement des étagères fixes par des dispositifs mobiles. En 2017, les magasins concernés sont gérés par département Littérature et art et par le département Philosophie, histoire et sciences de l’homme ;
  • préparer le projet d’équipement du magasin de grande hauteur du site de François-Mitterrand (département Droit, économie et politique) : le dossier de consultation des entreprises est prêt pour des travaux à mener au 1er semestre 2018 ;
  • remembrer les espaces existants : il s’agit d’analyser l’occupation des magasins et de répartir la disponibilité en fonction des perspectives de saturation différentes pour chacun des départements. En 2017, un magasin précédemment occupé par des collections du département Orientation et recherche bibliographique a été ainsi affecté au département Littérature et art ;
  • réorienter, à l’arrivée, une partie du dépôt légal. Pour limiter l’impact de l’accroissement des ouvrages arrivant à Tolbiac par le dépôt légal, il est prévu de transférer vers les magasins de Bussy-Saint-Georges l’autoédition pour laquelle la demande de communication est très faible. La mise en œuvre de cette opération, programmée sur 2017, a été reportée ;
  • louer des espaces extérieurs : un marché a été notifié en 2016 et a permis de stocker à Bondoufle des collections en palettes (488 palettes de collections ont ainsi été délocalisées fin 2017, principalement les collections de doubles dites « collections de Versailles »).

Ce schéma de gestion dynamique des espaces et des collections a été soumis au ministère de la Culture et un plan de financement fixant la participation de la BnF au projet d’extension des espaces de stockage a été arrêté. Il s’est traduit par le vote d’une mise en réserve d’un montant de 10M€ à horizon 2023.

En parallèle de ce plan d’action, il a été procédé comme prévu au recrutement d’un chef de projet pour l’implantation et la gestion dynamique des collections au mois de juillet 2017. Une équipe de préfiguration a été constituée.

L’optimisation de l’exploitation des sites

La recherche d’économies dans l’exploitation des bâtiments et des sites s’est poursuivie au travers, notamment, de la modification des marchés de maintenance à l’occasion de leur renouvellement : révision ciblée des gammes de prestation, mutualisation des activités de maintenance entre les différents sites, intégration d’une obligation de résultats et de moyens minimaux.

Top