L’information et les autres services en ligne

Légende ci-après
Capture d'écran du fil Twitter de la BnF

La communication externe

Les temps forts de l’actualité institutionnelle ainsi que l’offre culturelle de la Bibliothèque ont bénéficié d’opérations de communication spécifiques. Les événements liés à la vie de l’établissement, parmi lesquels l’inauguration des espaces rénovés du site Richelieu par le président de la République, pilotée par la délégation à la Communication en lien avec l’équipe du Projet Richelieu et les services concernés ainsi que l’INHA et l’ENC, ont été accompagnés de multiples formes et supports de communication (affiches, dépliants, annonces presse, invitations, communiqués et dossiers de presse, « cartes com », publication du magazine Chroniques, information sur le site bnf.fr et sur les réseaux sociaux, vidéos de promotion, lettres électroniques, visite exceptionnelle des espaces rénovés et participation au week-end portes-ouvertes).

La BnF a très largement communiqué sur son activité à travers les médias au cours de l’année 2017. Quatorze partenariats médias ont été conclus autour des expositions. Des espaces publicitaires ont été achetés pour soutenir diverses actions, notamment la souscription Richelieu.

La création du Pass lecture/culture a fait l’objet d’une campagne médiatique ; elle a été annoncée dans plusieurs dépêches AFP et une vingtaine d’annonces presse, radio, internet. Le nouvel appel au don pour la restauration du Cabinet du roi à Richelieu a été relayé par une campagne de presse. Les expositions, parmi lesquelles l’exposition majeure de l’année, Paysages français, ont également fait l’objet d’une communication ciblée. Soixante-dix articles de presse – parmi lesquels tous les principaux quotidiens, Le Monde, Le Figaro, Libération… - s’en sont fait l’écho, ainsi que onze hebdomadaires, quarante-huit mensuels, quinze sujets télévisuels et vingt-six sujets internet.

Un nouvel agenda papier trimestriel a été créé dans le cadre de la volonté de la BnF d’améliorer la présentation du programme des expositions et des manifestations culturelles. Inséré dans le magazine de communication de l’établissement, Chroniques, publié à 50 000 exemplaires, il est également diffusé à part à 10 000 exemplaires supplémentaires dans les emprises de la BnF.

Dans un objectif de visibilité, de développement et de diversification de ses publics, l’établissement participe à de nombreux événements institutionnels, festivals, congrès et salons, parmi lesquels le Salon de l’Étudiant, Livre Paris, le Salon du livre ancien et de l’estampe, les Journées européennes du Patrimoine, les Rendez-vous de l’histoire de Blois, le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil ou encore Paris Games Week.

Le site internet et les réseaux sociaux

Au cœur de l’écosystème de communication numérique, le site institutionnel bnf.fr constitue le portail commun par lequel s’échange un volume considérable d’informations et de services, adressés à des publics eux-mêmes nombreux et variés.

La fin de l’année 2017 a vu la mise en œuvre opérationnelle de sa refonte, après une phase de conception et de recueil de besoins. Deux prestataires ont ainsi été retenus : le premier pour les volets ergonomiques et graphiques ; le second pour les développements en DRUPAL. Les travaux de conception se sont poursuivis au printemps 2017, toujours sur le mode collaboratif, notamment pour établir des parcours utilisateurs, une arborescence revue, et les premières structures de page. Ces éléments ont alimenté la conception d’une identité graphique pour l’ensemble du site. Elle repose sur des gabarits clés, qui serviront ensuite de base aux déclinaisons de pages simples. Un test utilisateurs organisé sur le site François-Mitterrand en décembre a conforté ce choix.

La fréquentation du domaine bnf.fr, qui englobe l’ensemble des services en ligne, est de 36 480 000 visites. Celle du site web institutionnel est estimée à près de 5 000 000 visites, versions anglaise et espagnole comprises. La fréquentation du site mobile est de 1 160 173 visites.

La communication en ligne de la BnF à travers les réseaux sociaux, les newsletters, les mailings et les blogs a continué à se développer, notamment avec le compte Twitter @LaBnF suivi au 31 décembre 2017 par 202 066 abonnés ; le compte Facebook bibliothequebnf avec 111 445 fans et le compte Instagram@labnf qui comptait fin 2017, 11 470 abonnés. La BnF dispose d’autres comptes pour valoriser ses services et ses collections, en particulier Gallica dont la page Facebook comptait 128 000 fans en 2017.

L’activité de la BnF sur les réseaux sociaux, pilotée et coordonnée par la délégation à la Communication, est animée par des contributeurs répartis dans l’ensemble de l’établissement. Plusieurs opérations ont particulièrement mobilisé la BnF sur les réseaux sociaux : l’opération « Le bac à la BnF », les Journées Portes-ouvertes Étudiants ou encore la deuxième édition du hackathon. Enfin, l’exposition Paysages Français a été l’occasion de lancer une première campagne de communication sur les réseaux sociaux pour valoriser cet événement. Les départements de collections ont ainsi été invités à proposer des sujets de publication en lien avec la thématique du paysage.

Les services bibliographiques

Les métadonnées se retrouvent dans les processus, physiques ou numériques, qui permettent à la BnF de conduire ses missions, au premier rang desquelles celle de faire connaître ses collections et de faciliter leur consultation par le public. Le développement du dépôt légal et des acquisitions numériques, de même que la montée en charge des programmes de numérisation, confirment la nécessité de disposer de métadonnées de qualité, indispensables au signalement des ressources numériques. Maintenir aujourd’hui une politique de signalement ambitieuse et efficace nécessite d’optimiser les coûts de production bibliographique tout en valorisant davantage en ligne et dans les formats du web, la diffusion des données produites afin de développer les usages et les réutilisations. Cette politique s’inscrit dans un double mouvement : l’ouverture des données et le développement du web sémantique. Les métadonnées structurées des bibliothèques présentent une vraie valeur ajoutée et favorisent l’accès à une information de confiance.

BnF catalogue général

Les documents de la BnF sont répertoriés et accessibles à travers ses catalogues disponibles en ligne. Ces catalogues sont constitués de notices bibliographiques, qui identifient les documents conservés par la BnF, de notices d’exemplaires qui les localisent et de notices d’autorité, qui comportent des termes ou expressions normalisées facilitant l’accès à l’information. Ces notices font référence au niveau national et international et sont utilisées par la plupart des professionnels de la documentation pour alimenter leurs propres systèmes d’information. Fin 2017, la BnF peut afficher un patrimoine bibliographique estimé à plus de 13,8 millions de notices bibliographiques et environ 5,6 millions de notices d’autorité.

État du catalogue général – Volumétrie

État du catalogue général par type de documents (nombre de notices bibliographiques)

Distribution par type de notices bibliographiques

Distribution par type de notices d’autorité

BnF archives et manuscrits et les autres bases

Pour sa part, BnF archives et manuscrits offre à la même date environ 885 000 composants et 86 000 instruments de recherche. Les collections décrites dans BnF archives et manuscrits sont essentiellement des manuscrits (91% des instruments de recherche émanent du département des Manuscrits). Néanmoins, la part des fonds d’archives augmente significativement lorsqu’on étudie le nombre de composants (par exemple, si le département des Arts du spectacle n’est à l’origine que de 1% des instruments de recherche, il a publié 16% des composants). On notera également la présence de 61 516 renvois vers des substituts numériques consultables dans Gallica ou Gallica intramuros.

Le catalogue BnF archives et manuscrits permet d’explorer et de localiser les collections de la BnF qui sont organisées selon une logique archivistique impliquant de chercher à l’intérieur de fonds plus ou moins finement hiérarchisés. Il décrit des objets très divers, selon une structure identique fondée sur le format de l’EAD (description archivistique encodée). Disponible depuis août 2007, ce catalogue ne couvre pour le moment qu'une partie des collections concernées et fait l'objet d'un enrichissement progressif. Ces collections sont principalement conservées dans les départements spécialisés et concernent aussi bien des manuscrits que des archives administratives ou thématiques (fonds audiovisuels, musicaux, des Arts du spectacle, de la bibliothèque de l’Arsenal, etc.). Le catalogue s’est ouvert en novembre 2017 aux fonds de la Réserve des livres rares, avec la publication d’un premier instrument de recherche, celui des archives des éditions La Sétérée.

Une mise à niveau des conversions EAD vers Dublin Core a été effectuée début 2017 avec intégration de correctifs en octobre et décembre 2017. Cela a amélioré le signalement des manuscrits numérisés dans Gallica. En particulier, l’ajout d’un lien ARK depuis Gallica vers la description correspondante dans BnF archives et manuscrits permet une meilleure intégration entre les deux sites et contribue à la visibilité du catalogue, dont 10% des visites proviennent désormais de Gallica.

La fréquentation de BnF archives et manuscrits a augmenté de 80% sur l’année 2017 par rapport à celle enregistrée en 2016, avec 276 222 visites et 1 285 158 pages vues. Cette forte progression est à mettre en relation avec la refonte de l’interface et la mise en ligne du nouveau catalogue en septembre 2016 : la nouvelle interface est à la fois plus attractive et mieux référencée sur le web. On notera à cet égard que si la plupart des accès se font depuis les sites bnf.fr (51%), près d’un quart du trafic est généré depuis les moteurs de recherche (23%) ; les accès directs représentant quant à eux 23 %, attestant du fait que l’interface est parfaitement identifiée par les utilisateurs. La source des connexions internet nous apprend également que 14% des connexions enregistrées proviennent des postes professionnels ou des postes publics en salles de lecture.

D’autres bases de données en ligne sont mises à la disposition des chercheurs : la base des manuscrits enluminés Mandragore, une base des reliures numérisées de la BnF, une base des éditions parisiennes du 16e siècle ou encore un catalogue des Médailles et Antiques conservées à la BnF.

Les produits bibliographiques

La Bibliographie nationale française

La Bibliographie nationale française est la publication officielle qui recense les documents nouvellement parus en France. Elle est établie à partir des documents reçus au titre du dépôt légal et donne une vue d’ensemble de la production éditoriale française. En 2017, la Bibliographie nationale française a publié 74 992 notices de livres, 2 051 de partitions, 1 667 de documents cartographiques, 11 344 de documents audiovisuels et 4 387 de publications en série.

Les services et les produits bibliographiques

Les notices d’autorité, comme les notices bibliographiques, sont consultables en ligne mais également téléchargeables, à l’unité ou par lots, dans plusieurs formats professionnels (MARC, Dublin Core, RDF) et selon différents protocoles (Z39.50, SRU, moissonnage OAI, téléchargement par FTP ou HTTP). L’ensemble de ces données est librement réutilisable, y compris à des fins commerciales, la BnF ayant adopté en 2014 la licence ouverte de l’État. BnF catalogue général constitue la source de différents produits bibliographiques qui peuvent être livrés aux utilisateurs (autres bibliothèques, éditeurs, sociétés de gestion de droits, etc.) sous forme de fichiers standards de données brutes (Bibliographie nationale française, certains fichiers d’autorité) ou bien composés à la demande moyennant le paiement de frais d’extraction et de traitement spécifique de données.

Le nombre de notices diffusées par les produits bibliographiques est passé de 85 millions en 2016 à 101 millions en 2017. Cette augmentation concerne à la fois les produits mensuels (+2,5 millions) et les produits rétrospectifs (+13,5 millions). Si le nombre de notices téléchargées par paniers continue à baisser (253 000 contre 274 000 l’année précédente), la tendance d’une préférence vers les notices d’autorité se confirme.

L’événement marquant de l’année 2017 a été l’ouverture en novembre du service SRU (Search/Retrieval via URL) d’interrogation de BnF catalogue général. Ce service permet d’interroger les notices bibliographiques et les notices d’autorité et propose davantage de critères d’interrogation que le protocole Z39.50. Ce mode de diffusion permet de toucher un public plus large pour lequel il est plus facile de manipuler du XML que de l’ISO2709 qui est un encodage propre au monde des bibliothèques. En trois mois d’utilisation, le service a déjà rencontré le succès, avec 1 361 487 millions de requêtes entre le 23 octobre et le 31 décembre 2017.

En outre, à l’occasion du hackathon 2017, la BnF a ouvert un nouveau service qui marque sa volonté non seulement de favoriser la réutilisation de ses données, mais également d’en faciliter l’appropriation par les internautes : le portail API et jeux de données décrit et documente l'ensemble des API qui permettent d'interroger et de récupérer les métadonnées des catalogues (notamment BnF catalogue général, data.bnf.fr, Gallica) et les collections numérisées de la BnF. Pour faciliter l'accès aux données et leur utilisation, des jeux de données (images et textes, métadonnées, statistiques) sont directement téléchargeables via le portail.

En novembre 2016, la nouvelle passerelle Z39.50 a été mise en service. Après un an d’utilisation, les utilisateurs expriment leur satisfaction devant la stabilité de la nouvelle plateforme, ainsi que la possibilité désormais offerte de récupérer les notices d’autorité.

L’ouverture des données marque le début d’une nouvelle ère où les prestataires se positionnent de plus en plus comme intermédiaires entre la BnF et les bibliothèques. Ces chargements de volumes de données importants concernent également des sociétés de gestion de droits et l’interprofession du livre au sens large, comme la SOFIA, la SGDL, Dilicom ou Electre. Ces indications confirment que les activités de catalogage de la BnF et la diffusion de ses produits bibliographiques contribuent à irriguer toute la filière Livre du marché français.

Activités des produits bibliographiques

Nouvelle offre de diffusion et réutilisation des données BnF : le site « API et jeux de données » et Gallica studio

data.bnf.fr

Ouvert en 2011, le site data.bnf.fr est un outil de valorisation, de référencement et d’accès fédéré aux ressources de la BnF. Alimentée par les fichiers d’autorité, elle permet de créer des pages relatives aux auteurs, aux thèmes et aux œuvres en reliant les contenus grâce au modèle RDF (Resource Description Framework). Fin 2017, data.bnf.fr expose plus de 3 millions de notices d’autorités validées et plus de 9,1 millions de notices bibliographiques rattachées à ces notices d’autorités. Il expose également près de 800 000 liens vers Gallica et 5 000 liens à des expositions virtuelles.

Des améliorations sur l’interface et les données ont été apportées. En particulier, data.bnf.fr s’aligne désormais avec la base MusicBrainz, base de données musicale collaborative, et a harmonisé son modèle de données afin d’en simplifier la réutilisation. Une convention a été signée en 2017 avec l'équipe projet INRIA ILDA (Interacting with Large Data) située au sein de l'Université Paris-Saclay pour le développement d'un module de recommandation de contenus, ce qui devrait offrir un exemple d'utilisation innovante des données de data.bnf.fr. La réalisation de ce projet est prévue pour fin 2018.

Cette offre de contenus et de données rencontre une audience toujours en forte progression : avec près de 5,8 millions de visites en 2017, l’audience de data.bnf.fr ne cesse de progresser (4 millions de visites en 2016). Data.bnf.fr confirme également son rôle de pivot documentaire orientant les usagers vers d’autres sites de la BnF. Il est ainsi le premier site du domaine bnf.fr pourvoyeur de trafic vers Gallica et BnF catalogue général et le 5e pourvoyeur de trafic vers BnF archives et manuscrits et Classes et expositions virtuelles.

Part des notices du catalogue général versées dans data.bnf.fr

Top