Les publics des salles de lecture

Légende ci-après
Bibliothèque Haut-de-jardin, site François-Mitterrand
© Nicolas Gallon / Contextes / BnF

L’évolution de la fréquentation

La fréquentation mesurée dans les espaces de lecture dépasse les 920 000 visites. Elle progresse globalement de 5%. La plus forte évolution vient de la bibliothèque tous publics (+6,5%). Le niveau recherche a également vu son nombre de visites croître, malgré les diminutions constatées sur le site Richelieu, en chantier (zone 2) et avec une salle en moins (salle ovale).

Fréquentation des salles de lecture

Les espaces de la bibliothèque tous publics

La fréquentation de la bibliothèque tous publics est en augmentation, avec 507 976 entrées dans les salles de lecture et un peu plus de 66 000 utilisations des espaces aménagés à l’extérieur des salles. Au total, la fréquentation du Haut-de-jardin s’établit donc à près de 574 595 entrées. Cette progression, après plusieurs années de tassement puis de stabilisation de la fréquentation, permet de retrouver un niveau de fréquentation équivalent au nombre de visites relevées en 2007.

Par titres d’accès, on constate une baisse des accès par tickets tandis que progresse le nombre d’entrées des titulaires d’un abonnement annuel. Les accès par ticket – 73 984 en 2017 contre 89 287 en 2016 – ont représenté 15% des entrées en 2017 (19% en 2016). Ce sont les entrées par ticket 1J qui ont évolué (-24%), alors que les entrées par ticket exonérés (essentiellement les tickets d’accès 17h-20h) se maintiennent à 28 000.

Par catégories de lecteurs, en 2017, 7% des usagers titulaires de Pass sont des lycéens, 41% des étudiants de 1er cycle, 22% de master, 4% des doctorants, 23% des actifs et 3% des inactifs. En nombre d’inscrits, toutes les catégories ont augmenté, à l’exception des doctorants et des personnels de recherche de l’Enseignement supérieur. Certaines catégories sont en augmentation assez importante en valeur absolue mais aussi en proportion du total, notamment les lycéens (+52%) et parmi les actifs, les actifs hors enseignement (+22%).

En visites, on relève peu d’écarts avec le nombre d’abonnés, avec une intensité légèrement plus forte pour lycéens, 1er cycle et inactifs : les lycéens réalisent 8% des entrées, les étudiants de 1er cycle 42%, les masters 20%, les doctorants 3%, les professionnels 21%, les inactifs 6%.

Les salles de la bibliothèque de recherche

Avec 347 343 entrées en 2017, la fréquentation de la bibliothèque de recherche augmente.

La hausse du lectorat recherche est très nette sur le site François-Mitterrand, avec plus de 300 000 entrées en Rez-de-jardin (+6%). Cette progression intervient après 3 années de stabilisation de la fréquentation. Cette évolution s’explique notamment par un nombre plus élevé de lecteurs nouvellement inscrits : plus de 8 000 (21% des lecteurs actifs).

Sur le site Richelieu, la fréquentation générale apparaît à la baisse du fait de la fermeture de la salle ovale qui accueillait beaucoup de lecteurs. Par ailleurs, les départements des Manuscrits, des Monnaies et médailles et des Arts du spectacle, ainsi que celui des Estampes et de la photographie accueilli en salle Labrouste par l’INHA, ont subi à maintes reprises des problèmes techniques qui ont perturbé le fonctionnement et les services aux usagers. On peut toutefois signaler la progression importante du lectorat de la salle de lecture des Arts du spectacle, de 29% par rapport à 2015 (2016 n’étant pas significatif en raison de la fermeture d’un trimestre). Le département des Cartes et plans reste quant à lui installé sur le site François-Mitterrand jusqu’à la fin de la rénovation de Richelieu.

Sur les autres sites, la fréquentation est stable à l’Arsenal et à la bibliothèque-musée de l’Opéra (en légère diminution pour ce site par rapport à 2016 mais en progression par rapport à l’année précédente). La fréquentation de la Maison Jean Vilar augmente encore avec 6 321 entrées (+39%), et réalise un pic spectaculaire en juillet, lors du festival d’Avignon.

54% des lecteurs déclarent lors de leur inscription venir à la Bibliothèque pour leurs études, 38% pour un usage professionnel et 8% un projet personnel. Par catégories de lecteurs, en 2017, 2% des usagers titulaires d’un Pass sont des étudiants de 1er cycle, 21% de master, 26% des doctorants, 25% des enseignants ou chercheurs de l’Enseignement supérieur, 21% autres actifs et 5% des inactifs. Si l’on observe les usages et le nombre de visites, les proportions diffèrent. Si, en moyenne, les lecteurs de la bibliothèque de recherche sont venus 11,6 fois, on constate que la fréquence de visites s’élève à 19 pour les doctorants. En nombre de visites, les doctorants représentent 42% des entrées, les enseignants ou chercheurs de l’Enseignement supérieur 24%, les masters 16%.

Les formations et le développement de nouveaux services

En 2017, la Bibliothèque a expérimenté un dispositif d’accueil pour les publics lycéens révisant le bac, intégrant des aménagements dans les espaces en libre accès et la mise à disposition de ressources numériques (dans les espaces libres) et d’annales (dans les salles de lecture).

La Clinique juridique est un service mis en place en mars 2017, en partenariat avec l’Université Paris 8. Une assistance juridique gratuite assurée le mercredi de 16h30 à 19h30, sans rendez-vous, par un binôme d’étudiants dont le travail est supervisé par les enseignants et professionnels. En tout, 14 séances ont été proposées.

Plusieurs salles de travail en groupe ont été créées en 2015 : 5 en Haut-de-jardin et 4 en Rez-de-jardin. Elles sont réservables en ligne. L’usager peut retenir une tranche horaire le jour même et ce jusqu’à 7 jours à l’avance, dans la limite de 4 heures maximum par jour et de 20 heures maximum par mois. En 2017, 4 510 réservations ont été enregistrées.

Des formations sont également proposées aux usagers de la Bibliothèque. En 2017, les ateliers BnF catalogue général ont été suivis par 83 personnes (60 en 2016) et les ateliers Gallica par 76 (54 en 2016). Par ailleurs, 54 étudiants en master ont bénéficié d’une formation à la demande, 17 doctorants ont suivi la formation Préparer sa thèse à la BnF et 61 ont été formés dans le cadre de la convention avec Paris-Sorbonne. Des formations aux bases de données sont également proposées aux usagers. En 2017, ont été mises en place en fin d’année des formations « flash » à des ressources juridiques : d’une vingtaine de minutes, ces formations, plutôt destinées aux étudiants, se déroulent tous les mardis en salle D. Par ailleurs, environ 150 visites de groupes d'étudiants pour une découverte des salles et des collections ont été organisées.

Opération « Passe ton bac »

L’accès aux ressources documentaires

La communication des documents de la bibliothèque de Recherche

881 075 documents ont été communiqués en salle en 2017, en progression par rapport à 2016 (+4%). Ce rebond intervient dans les départements spécialisés (+29%), en raison de la fermeture du site Richelieu le dernier trimestre 2016 et d’une progression importante des communications pour le département des Monnaies, médailles et antiques (+201%) qui représentent près de 40% des communications des départements spécialisés. Sur le site François-Mitterrand, la communication des documents conservés en magasins est presque stable (-0,5%) malgré la progression du nombre de visites. L’évolution constatée depuis plusieurs années d’une baisse des communications par visite se confirme donc, à la fois en raison d’usages nouveaux des chercheurs et du développement des collections numérisées et de la mise en place de nouveaux services. On peut ainsi signaler la possibilité pour les lecteurs de réaliser une photographie numérique des documents, quelle que soit leur date de publication. Pour le site François-Mitterrand, en moyenne, 2,3 documents ont été communiqués par visite en 2017, pour 2,5 en 2016.

Pour les lecteurs des sites Richelieu, Arsenal et Opéra, un service de réservation des documents a été déployé progressivement en 2017. Il s’agit des documents signalés dans BnF catalogue général pour les départements Musique, Cartes et plans, Monnaies, médailles et antiques et Estampes et photographie. Le service sera ensuite étendu aux collections signalées dans BnF archives et manuscrits. En 2017, plus de 23 000 documents ont été communiqués à partir de cette nouvelle application.

Nombre de documents communiqués

L’évaluation des collections imprimées en libre accès

L’observation et l’analyse de ces usages peuvent donner des indications pour la politique documentaire et la répétition des campagnes permet de suivre les évolutions sur le moyen et le long terme. Les campagnes sont menées sur le site François-Mitterrand sur l’ensemble des salles d’un niveau de la bibliothèque en même temps, pendant des périodes de fréquentation, et sur deux semaines. Deux campagnes d’évaluation des collections en libre accès se sont tenues en 2017, l’une en Haut-de-jardin et l’autre en Rez-de-jardin. Si les salles du Haut-de-jardin totalisent plus de consultations que celles du Rez-de-jardin (14 583 en Haut-de-jardin contre 10 555 en Rez-de-jardin), elles totalisent moins de consultations par visite : 0,8 consultation par entrée en RDJ contre 0,6 pour le HDJ. L’usage des collections du Haut-de-jardin est plus important en droit-économie, philosophie-sciences sociales et sciences et techniques alors qu’en Rez-de-jardin la consultation se concentre majoritairement sur les littératures et l’art, la philosophie et les sciences sociales. Par langue de publication, la langue française est très majoritaire sur les deux niveaux ; l’actualité est un axe fort en Haut-de-jardin.

Les ressources numériques

La Bibliothèque propose, sur place dans l'ensemble des salles de lecture, et à distance pour les titulaires d’un Pass recherche illimité, une offre importante de ressources numériques : bases de données, périodiques et livres numériques. Les ressources numériques disponibles en salles de lecture comprennent également les archives du web et Gallica intra-muros qui propose un ensemble de documents numérisés sous droits.

Depuis 2017, l’agrégateur de presse PressReader est accessible en illimité via le wifi de la BnF sur les matériels nomades des usagers. La simplification des accès aux ressources électroniques pour les usagers est un objectif qui se réalisera pleinement avec la refonte du portail d’accueil. Dans cette attente, en 2017, une sélection de ressources a été rendue accessible via le wifi de la BnF sur les matériels nomades des usagers dans le cadre de l’opération « Préparer son Bac à la BnF » ainsi que lors des journées portes-ouvertes pour les étudiants.

Le nombre de connections à Ebsco Discovery Service (EDS) est stable par rapport à 2016 (plus de 100 000 sessions sur place et à distance comprises). Les 18 bases les plus consultées représentent 72% de la totalité des consultations des bases de données. Les ressources les plus utilisées sont des agrégateurs de presse, des ressources en économie, les Archives biographiques, Jstor (plateformes de ressources académiques) et la base professionnelle Electre.

Les portails des centres de ressources documentaires

Dans le prolongement des centres de ressources thématiques installés dans les salles de lecture du Haut-de-jardin (développement durable en salle C, Europe en salle D, Francophonie en salle F et Sociétés en débats en salle J), des portails en ligne proposent aux lecteurs des sélections d’actualités, de sites internet, de documents. Cette offre est complétée par le portail Métiers du livre dont le centre de ressources se situe à l'Arsenal et par des guides thématiques d’aide à la recherche. Ces portails ont reçu 84 322 visites en 2017.

Sindbad

Le nombre de questions reçues par le service de questions-réponses SINDBAD a augmenté en 2017 pour parvenir à un total de 13 313 questions (+8%). Introduits dans le service SINDBAD dès la fin 2015, les signalements d’anomalies de Gallica par les gallicanautes représentent une part importante, avec un total de 1 817 pour toute l’année 2017, suivis de questions relatives à Philosophie, histoire, sciences de l’homme, Littérature et art puis Droit, économie, politique. Un certain nombre de nouvelles notices réalisées à partir des questions-réponses ont été archivées dans la base de connaissances de SINDBAD en 2017. Au total la base contenait, fin 2017, 3 205 notices.

Top