L’expertise BnF au service des professionnels

Légende ci-après
© BnF

L’expertise bibliographique

Un travail normatif

Plusieurs actions importantes ont été menées dans le domaine normatif, dans la perspective de l’adaptation du nouveau code de catalogage international RDA (Ressource description and access) au cadre français. Cette démarche de « transition bibliographique » consiste en un passage progressif de normes fondées sur l’ISBD (International standard bibliographic description) vers un code de catalogage RDA-FR sous l’égide de RDA.

Cela se traduit par la publication progressive de sections du code RDA-FR, préparées par les groupes de normalisation de la transition bibliographique. L’année 2017 a constitué une année charnière. En mai, ont été publiées les sections 2 et 5 respectivement consacrées à l’identification des Œuvres et des Expressions et aux relations principales entre Œuvre, Expression, Manifestation et Item. En septembre, la section 1 portant sur les attributs des Manifestations et des Items s’est enrichie de 3 nouveaux éléments sur l’importance matérielle, les dimensions et la quantification du contenu. Enfin, la section 3 consacrée à l’enregistrement des attributs des Agents a été publiée en novembre, ce qui a abouti à rendre caduque la norme AFNOR Z-44-061.

Ce nouveau cadre normatif est intégré progressivement au catalogage courant à la BnF. De nouvelles règles de catalogage courant sur l’adresse bibliographique ont été définies en 2017 et entrées en vigueur à partir de décembre, les données produites selon ces nouvelles consignes étant depuis récupérables dans les produits bibliographiques courants en UNIMARC et INTERMARC. Avant cette mise en œuvre des évolutions normatives, un travail important est requis, nécessitant notamment l’évolution ou la rédaction de consignes de catalogage, l’évolution du format INTERMARC et des interfaces exploitant les données (BnF catalogue général, Bibliographie nationale française) et des règles permettant de générer des formats d’exports (notamment UNIMARC). Cela nécessite enfin un travail de communication et de formation continue des agents. À cette fin, un processus d’intégration générique a pu être défini, qui a permis de déterminer un délai-type d’intégration d’une évolution aux processus de catalogage courant (13 mois) et les différentes étapes nécessaires pour y arriver. Un important travail de sensibilisation et de communication est mené en parallèle, avec la journée du groupe Système et données de la transition bibliographique, co-organisée avec la BnF le 14 novembre 2017, intitulée « Métadonnées en bibliothèques : attention, travaux ! ».

L’année 2017 a également vu le lancement de la réforme du langage d’indexation matière RAMEAU, en vue d’adopter une logique fondée sur le principe entités/relations adaptée aux enjeux de la recherche et du web. La feuille de route adoptée par la BnF, l’ABES et leurs tutelles ministérielles comporte différentes étapes, associées à des rendez-vous annuels de formation des utilisateurs, afin d’aboutir à des nouveaux processus d’indexation en 2021/2022. La première étape, préparée en 2017 et en cours d’implémentation en 2018, est la constitution d’un référentiel spécifique sur les genres et formes des documents. Le programme de sensibilisation et de communication a été initié avec la journée RAMEAU tenu à la BnF le 15 novembre 2017.

Un travail de modélisation et de standardisation a été également effectué cette année autour des métadonnées de préservation, dont le dictionnaire de données PREMIS (PREservation Metadata Implementation Strategies) constitue le standard international. En effet, une nouvelle version de l'ontologie PREMIS a été publiée le 19 décembre 2017. Elle permet de refléter la dernière version de PREMIS, dont l'ontologie permet d'exprimer les informations de préservation des objets numériques conformément aux principes et aux standards du web sémantique ; un travail de refonte en profondeur de l’architecture de l’ontologie a été mené en parallèle. L'ontologie est désormais plus concise et simple à utiliser et réutilise des vocabulaires standard définis par le W3C. Cette nouvelle version est l'aboutissement d'un travail de deux ans dans lequel le département des Métadonnées a joué un rôle moteur et a permis de réaliser, outre l’ontologie elle-même une correspondance avec le dictionnaire de données et quatre exemples complets et documentés. La démarche est résumée dans un article publié dans le cadre de la conférence iPRES2016.

L’expertise bibliographique de la BnF au service de communautés professionnelles

Dans le paysage en pleine mutation des métadonnées culturelles et scientifiques, la BnF veille à développer son rôle d’opérateur de confiance dans le cadre de projets d’intérêt collectif et à renforcer ses collaborations avec l’ABES, avec le prolongement en décembre 2016 de la convention de coopération qui lie les deux établissements.

La BnF et l’ABES ont débuté la phase d’instruction du Fichier national d’entités (FNE) dont l’objectif est de fournir à la communauté nationale, en premier lieu aux institutions publiques culturelles, patrimoniales, d’enseignement et de recherche, une base de co-production de données d’autorité. Cette phase d’instruction débouchera en juin 2018 sur la soumission au Comité stratégique bibliographique d’une feuille de route et de scénarios chiffrés afin de lancer la réalisation du projet, en commençant par le rapprochement des données d’autorité de la BnF et d’ID-Ref.

L’établissement exerce plusieurs missions spécifiques nouvelles qui lui ont été confiées par les pouvoirs publics pour l’exception handicap et l’édition adaptée (cf. Les projets de BnF-Partenariats de diffusion du patrimoine numérisé), d’une part, et la gestion du registre des œuvres indisponibles du XXe siècle, d’autre part. Au total, ce sont 218 821 titres qui ont été inscrits dans ReLIRE à l’occasion des quatre listes de 2013 à 2016, parmi lesquels 204 872 sont en gestion collective au 1er octobre. À cette date, 164 453 titres ont fait l’objet d’une attribution de licence par la SOFIA, issus des listes 2013, 2014, 2015 et 2016. Toutefois, suite à un arrêt du 16 novembre 2016 de la Cour de justice de l’Union européenne puis de la décision du 7 juin 2017 du Conseil d’État, la BnF, conjointement avec le comité scientifique de ReLIRE, a décidé de ne pas inscrire de nouvelle liste dans ReLIRE en 2017. Fin 2017, 103 000 livres ont été numérisés au titre de ce programme par la BnF et sont intégralement disponibles dans Gallica intramuros, consultables dans les emprises de la BnF (Rez-de-jardin, mais aussi Haut-de-jardin). Depuis le lancement de la commercialisation des livres indisponibles numérisés à l’automne 2015, 25 662 ouvrages ont été mis en vente. Ceux-ci sont consultables dans Gallica à hauteur de 15% de leur contenu, l’indexation du texte intégral permettant la recherche en texte intégral à la fois dans Gallica intramuros et Gallica.

Le travail d’expertise mené au sein de la BnF sur les données en ONIX d’acteurs de l’interprofession du livre (Hachette et Interforum) a permis de mettre en place en janvier 2017 l’application ISNI-demande, couplée au protocole Atom-Pub d’échange entre la BnF et la base internationale ISNI. Ces développements ont permis de charger en 2017 90 000 nouveaux ISNI dans les notices d’autorité noms de personne et de les diffuser directement non seulement aux acteurs de la chaîne du livre mais encore à l’ensemble des utilisateurs des données de la BnF. Le travail mené en 2017 a permis de gagner en maturité, à partir de cas d’utilisations concrets, dans l’optique de renforcer les échanges entre les acteurs de la chaîne du livre et la BnF. L’application ISNI-demande permet à la BnF de conforter son positionnement et son influence internationale en faisant la promotion de son expérience acquise sur cette application innovante. ISNI-demande a fait l’objet de différentes présentations, lors du sommet ISNI-VIAF organisé à Londres en février ou au congrès de l’IFLA.

L’expertise en conservation

Le département de la Conservation travaille également avec les professionnels extérieurs de l'information et de la culture, en proposant des formations (cf. Formation initiale et continue à la BnF), en mettant à disposition les compétences de ses experts et de ses laboratoires, en participant aux travaux nationaux et aux programmes internationaux de conservation.

En 2017, la BnF a effectué un nombre beaucoup plus important d'expertises externes que les années précédentes, souvent pour des documents très précieux ou prestigieux, parmi lesquelles on peut citer pour l'Assemblée nationale la minute du procès de Jeanne d'Arc, pour l'Académie de France à Rome, des carnets de caricatures des anciens pensionnaires, pour la Bibliothèque interuniversitaire de santé 4 albums factices de dessins de mycologie du XVIIe siècle contenant 250 dessins.

Formation initiale et continue à la BnF

La BnF accueille pour une formation pratique dans le cadre de leur scolarité en formation initiale des stagiaires, élèves et étudiants de l’enseignement supérieur ou des écoles d’application à l’issue des concours de bibliothèque. Les stages se déroulent majoritairement autour d'activités liées aux métiers des bibliothèques : accueil des publics, conservation, traitement des collections mais aussi administration, logistique et sécurité. Des groupes sont également reçus pour des visites spécialisées, notamment sur le dépôt légal, régulièrement sollicité par différents publics, étudiants ou professionnels.

En complément aux actions de formation décrites ci-dessus (cf. et La coopération documentaire), d’autres professionnels suivent des actions de formation à la BnF. L’offre de formation dans le domaine de la conservation prend la forme de stages collectifs de formation continue. En 2017, 47 stagiaires professionnels ont suivi des formations. Pour la troisième année consécutive, l'unité de formation du département de la Conservation a co-organisé un stage international en conservation physique et numérique des collections à l'attention des bibliothèques étrangères de pays francophones.

Le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) de la BnF propose un programme de formation continue et initiale destiné aux bibliothécaires jeunesse, mais également à tout professionnel de l’enfance et à toute personne intéressée par la littérature pour la jeunesse et les problématiques en lien avec la lecture des jeunes. Le programme de formation continue s’organise autour de trois axes : le patrimoine, la production éditoriale et la médiation. Le nombre d’inscrits est stable passant de 242 en 2016 à 238. Par ailleurs, des formations à la carte sont assurées sur tout le territoire national et à l’étranger. Elles sont en hausse cette année avec 25 jours (17 en 2016) retrouvant le niveau de 2015. En parallèle, le CNLJ organise des séances de présentation des nouveautés éditoriales et une programmation de manifestations culturelles et professionnelles permet de développer des thématiques spécialisées. La fréquentation générale a augmenté en raison du succès des premières assises de la littérature de jeunesse organisées avec le Syndicat national de l’édition.

Top