Ouverture de Bibliothèques d’Orient

La BnF et 8 bibliothèques patrimoniales et de recherche se sont associées pour créer et mettre en ligne le 12 septembre 2017 le site Bibliothèques d’Orient dont l’ambition est de préserver et valoriser un patrimoine documentaire plurimillénaire tout aussi exceptionnel et menacé que le patrimoine bâti ou archéologique. Leurs collections uniques ainsi réunies témoignent des interactions entre Orient et Occident depuis plusieurs siècles.

Légende ci-après
Capture d'écran du site Bibliothèques d’Orient

De précieux manuscrits hébreux, des cartes qui ouvrent de nouvelles perspectives pour l’histoire sociale et économique de la Turquie, les ancêtres des Guides Bleus, la première revue féministe L’Égyptienne en langue française fondée en 1925, les dessins préparatoires de la Description de l’Égypte, des albums photographiques inédits et originaux… sont autant de documents qui invitent à la connaissance et à l’imaginaire. Plus de 7 000 documents sont en ligne.

Ce site trilingue – français, anglais, arabe – couvre la période 1800-1945 et s’étend principalement aux pays de la rive orientale de la mer Méditerranée. Les fonctionnalités de Gallica facilitent l’accès aux documents qui bénéficient d’une éditorialisation très riche élaborée par des universitaires et chercheurs de renommée internationale. Destiné à la fois à la communauté scientifique et à un large public, le site Bibliothèques d’Orient est amené à s’enrichir grâce à de nouvelles contributions et partenaires, en France et à l’étranger.

Des patrimoines partagés

Le site, réparti en rubriques thématiques, regroupe un vaste ensemble de documents remarquables peu connus du public car dispersés entre différents pays et de multiples institutions. À l’ouverture du site, 8 partenaires participent avec la BnF : l'Institut dominicain d'études orientales (Le Caire), l’une des plus importantes bibliothèques spécialisées dans le domaine de l’islamologie, l’Institut français d'archéologie orientale (Le Caire), le Centre d'études alexandrines, l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, la Bibliothèque orientale de l'université Saint-Joseph (Beyrouth), l’Institut français du Proche-Orient (Beyrouth, Damas), l’Institut français d'études anatoliennes (Istanbul) et SALT (Istanbul, Ankara). En 2018, plusieurs nouveaux partenaires doivent rejoindre le projet : les Archives diplomatiques, la BULAC, les bibliothèques de l’Institut catholique de Paris, la New-York Public Library, Harvard.

Les contenus ont été définis par un conseil scientifique qui associe, aux côtés de la présidente de la BnF, 14 universitaires et chercheurs, tels Henry Laurens (professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d'Histoire contemporaine du monde arabe) ou Sophie Basch (professeure de littérature française à Sorbonne-Université) ainsi que 4 directeurs et directrices de départements de la BnF.

Protection du patrimoine écrit

Une attention particulière est portée au patrimoine écrit en danger. Deux recueils liturgiques syriaques des XIe et XVIIe siècles conservés au monastère de Charfet et deux évangéliaires des XIVe et XVIe siècles appartenant au couvent Salvatorien Melkite de Jounieh ont ainsi été restaurés avant d’être numérisés et mis en ligne.

En contribuant ainsi à préserver et valoriser un patrimoine culturel qui est aussi un bien commun de l’humanité, la BnF s’inscrit pleinement dans ses missions de coopération, de conservation et de recherche et concoure à la mise en œuvre de la Déclaration de la Conférence internationale sur la protection du patrimoine en péril d’Abu Dhabi du 3 décembre 2016.

Ils témoignent

« Le portail des Bibliothèques d’Orient nous apporte une réelle expérience en matière de numérisation et de mise en valeur de notre fonds orientaliste. La collaboration qui s’établit entre les partenaires de ce projet est d’une grande richesse ». René-Vincent du Grandlaunay, Directeur de la bibliothèque de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire.

« Le patrimoine documentaire du Moyen-Orient témoigne de la mosaïque de populations et de cultures qui constituent l’histoire et la richesse exceptionnelle de cette partie du monde, carrefour des civilisations. La démarche engagée par la Bibliothèque nationale de France, à travers cet ambitieux projet, participe à la diffusion et à la défense de la culture et de la civilisation face aux obscurantismes, aux terrorismes et aux idéologies mortifères ». Emmanuel Macron, Président de la République française.

« En comparant quatre éditions successives de la traduction du Coran par Albert Kazimirski, lexicographe et traducteur du XIXe siècle dont les ouvrages sont encore d'usage courant aujourd'hui, j’ai découvert que le verset 19 de la sourate 87 de l’édition de 1840 qui n'avait pu être relue avant publication par le traducteur, remplace curieusement par « Jésus », « l'Abraham » du texte arabe ce que corrige la traduction révisée de 1841 ». Jacqueline Chabbi, agrégée d'arabe, docteur ès Lettres, professeur honoraire des universités et membre du Conseil scientifique.

Top