Le Schéma numérique, un outil pour comprendre la stratégie numérique de la BnF

Légende ci-après
Couverture du Schéma numérique

Une synthèse inédite

Le numérique irrigue l’ensemble des activités, des ressources et des métiers de la BnF : pour nous en faire une idée, représentons ce foisonnement sous la forme d’une carte. Cette visualisation dans l’espace permet de mieux cerner les chemins d’un projet à un autre – par exemple entre Gallica et data.bnf.fr, ou entre la numérisation des collections et la coopération nationale et internationale. Elle permet également d’observer les lignes de force et les éléments saillants qui se dégagent de l’ensemble : la volonté de développer sans cesse les services aux publics, la prise en compte du patrimoine numérique sous toutes ses formes, le rôle croissant de l’innovation…

Cette entreprise de cartographie a démarré dès 2008. Le travail de cartographie a été approfondi à partir de 2014 d’un travail de rédaction et d’illustration des contenus. Au total, près de 100 contributeurs internes ont participé à l’élaboration de ce document inédit. Le Schéma numérique mis en ligne en avril 2016 comprend 120 pages intégrant des mises en perspective et 57 fiches réparties en six axes. Ils permettent de dresser un état des lieux de la transformation, ces dernières années, non seulement des missions mais aussi des modalités de travail et même de l’identité de la Bibliothèque. Il constitue donc une ressource de choix pour tout interlocuteur désireux de connaître la stratégie numérique de la BnF.

De nombreux défis

Dans ce domaine, les enjeux et les défis sont nombreux, d’autant que la notion de numérique est elle-même déclinée sous ses différents registres : elle recouvre des outils, des dispositifs et des infrastructures, mais aussi des services, des objets et des usages. Le dépôt légal du web représente par exemple près de 800 téraoctets en 2016, soit cinquante fois plus qu’à ses débuts, il y a dix ans. Comme de nombreuses autres collections numériques, il a connu une croissance exponentielle et constitue une ressource à décrire, à conserver et à rendre accessible, dans le respect de la législation.

Au fil des pages, sont présentées les problématiques posées par les acquisitions et dons de documents numériques ou les mutations du mode opératoire et du périmètre du dépôt légal. Le Schéma décrit en outre les actions liées à la conservation numérique et l’expertise de la BnF en la matière. Il déploie la grande diversité des modalités de diffusion, de l’action pédagogique au relais des Gallicanautes, en passant par les programmes de recherche et les mesures favorisant l’accessibilité. Il détaille aussi les outils utilisés par la BnF pour simplifier ses processus de travail comme ses échanges avec des tiers.

Le reflet d'une dynamique collaborative

L’articulation des six axes donne à lire les effets de déplacement de l’innovation au fil des ans, qui permet à la BnF de s’adapter continûment : les premières ébauches de cartographie se concentraient sur les missions fondatrices de la BnF (collecter, signaler). À présent, comme le suggère le troisième axe (« Innover au service des publics »), plus étoffé que les autres, les publics sont au cœur des enjeux numériques.

Selon cette logique, la BnF concourt au développement d’une économie du savoir collaborative ou encore à l’ouverture des données. Ce que souligne le document, c’est également l’importance de la coopération dans la politique numérique de la BnF : elle s’illustre en particulier par une présence active au sein d’instances internationales pour élaborer des normes et standards, de nouveaux outils, ou définir des programmes de coopération numérique. La Bibliothèque s’inscrit dans un écosystème global, comprenant des individus, des institutions diverses, mais aussi des acteurs privés.

La BnF dans cinq ans

La « vision d’avenir » proposée par ce Schéma dessine la « BnF numérique » dans cinq ans, si l’effort d’innovation et de changement se poursuit au même rythme. Dans cette projection, la richesse de Gallica en fait plus que jamais le lieu de tous les savoirs. Les données sont produites collectivement et largement partagées. Des outils de coopération plus nombreux favorisent toujours davantage la mutualisation des ressources.

S’esquisse une ambition qui répond aux enjeux contemporains de l’accueil numérique : le Schéma décrit une nouvelle notion, l’hospitalité numérique, qui répond de manière renouvelée aux préoccupations liées à l’accueil des publics. Il s’agit en effet d’envisager la prise en compte des besoins de tous types de publics, essentiellement sur place mais aussi à distance, selon le prisme du numérique. La personnalisation des services est en vue, par exemple à travers la fouille de corpus numériques spécifiquement constitués.